Trouve Ta Musique: Retour à la page d'accueil  
 
Login
Identifiant
Mot de passe
    
 

Nos Fans
Qui est en ligne ?
50 internautes en ligne

50 visiteurs
0 membres

plus...



Demander

Une musique en tête ?
Posez votre question
à la communauté


Répondre

Aidez la communauté
en retrouvant leurs musiques
et gagnez des points

      

Découvrir

Naviguez parmi les titres
identifiés par la communauté
par date

       

Promouvoir

Faites découvrir
votre musique
aux internautes

      

Accueil  >  Variété française  > un cd empreinté

 
Résolue

titre d'une chanson en duo avec une... : un cd empreinté

      

duo alterné, dont le theme est le desir entre un homme et une femme

Indices fournis:

Autre, un cd empreinté -



Vocale: homme et femme
Langue des paroles: aucune parole
3 mots-clés récapitulatifs: titre d'une chanson en duo avec une femme de peio serbielle
Question à 10 points
Vue 657 fois
Posée le 07/12/2011 à 16:23

Partager cette question sur FacebookPartager cette question sur Twitter
     

 
 
 
 
 
 
Commentaire:

titre d'une chanson en... : un cd empreinté

 ,
7/12/2011 16:44
 
autres titres en duos avec Nadine ici
1) Babel, ce duo avec Nadine ROSSELLO, chanteuse d’origine italienne, est le premier single du disque. Une métaphore de la tour de Babel - ode à la diversité des Langues et des Cultures - qui donne une impression de chant de la Liberté, avec ses rythmes latinos, ses quatre langues (basque, espagnol, allemand, serbo-croate), le tout rehaussé par un bandonéon ainsi qu’un quatuor à cordes.

2) Bedatsiaren, un chant un peu plus traditionnel, avec chœurs angéliques et mélodies douces proches de ceux d’une berceuse, sur une texte du poète souletin Etxahun, véritable ode à la transhumance et à l’infinie beauté de la nature.

3) Diu vi salvi Regina, l’hymne de la corse, mais aussi chant religieux chanté a capella par une voix féminine avec reverb’ d’église.

4) Muxu, une nouvelle chanson avec un rythme latino, toute en ambiance calme et chuchotée, avec piano, bandonéon, percussions, violon et guitare.

5) Xupeti, un morceau très folk-traditionnel balloche populaire, avec refrain guilleret imparable et facile à intégrer, doublée d’une rythmique biguine très entraînante, qu’on s’attendrait à sortir tout droit du répertoire d’Elgorriaga. Le texte est un hommage au sexe de la femme, en référence aux fêtes de Bayonne, entachées de viols depuis quelques années. « Baisons, mais avec tendresse ! » tel est le message sans équivoque de l’auteur...

6) Kixmi, Ce pourrait être le second single de l’album. Une jolie balade en trio avec Renaud en guest star qui semble ne jamais avoir été aussi en voix, et chante même en basque. La chanson se termine par des « oh-oh » très ambiant d’un chœur d’hommes, avec en fond les chuchotements sensuels de Nadine Rossello.

7) Tango de Risas, le troisième single potentiel de Naiz est une chanson érotique qui pourrait fort bien faire partie d’une bande originale d’un film d’Almodovar. Toujours avec des rythmes latinos et des percussions, et Nadine Rossello qui cette fois joue le tout pour le tout avec une voix bien grave, sensuelle et traînante, contre celle plus aiguë de Peio.

8) Gernika 2, on passe aux choses sérieuses avec cette étrange litanie aux rythmes envoûtants qui rappelle ceux des chants vaudous Haïtiens. Elle sert un peu de césure entre les deux parties de l’album. Ambiance « sorcières des légendes d’antan » donc, avec sons planants et angoissants, violons, cris, chuchotements... « Ce chant est, en réalité, une évocation du massacre perpétué -avec l’ accord tacite de la communauté internationale et de sa feue "SDN", Société des Nations - par l’aviation Nazie sur GERNIKA en 1937 (pour mémoire, nous avons commémoré le 70 ème anniversaire cette année). ».

9) Aita Gurea, chant choral traditionnel basque, en église. Il y a un contraste énorme entre le précédent morceau très païen et celui-ci, très aérien, très « musique divine ». « J’aurais pu écrire cette mélodie après des heures d’émerveillement devant quelque chose d’extrêmement Beau (...). Je suis Athée, convaincu que l’existence de Dieu est la plus belle supercherie que l’on ait pu inventer , mais cette musique, je la ressens avant tout comme une formidable ode à la Beauté de la Nature, de tout ce que tu veux de fantastiquement bandant ! »

10) Mezuak, collection de messages de prison radiophoniques à l’attention de Peio. Des témoignages poignants de membres de sa famille, d’amis. 6 minutes pendant lesquelles Peio semble dire qu’aujourd’hui encore, il se relève lentement de son année et demi de « congés forcés ». « L’intention n’est pas de s’apitoyer sur mon sort , mais plutôt de témoigner, et de dire haut et fort que dans ce pays autoproclammé des Droits de l’Homme, lorsqu’on l’on met des Basques en prison, l’on met également leurs familles en prison. J’ai toujours été convaincu que lorsque l’on "parle de soi", l’on parle également des autres. Une manière là aussi de catharsis, en quelque sorte ! »

11) Otoitza, une complainte lancinante et mélancolique sans paroles, avec réverb et nappes de synthé. On dirait le chant de quelqu’un qui se languit de vivre en liberté, qui est seul et qui souffre. « Cette chanson sans texte, je l’ai écrite en prison. Je l’ai commencé dans la douche à Nantes, puis à Moulins, car, même en isolement, c’était les seuls endroits, les seules pièces, où il y avait une longue réverb’. Plus de 7 secondes facilement ! ! Il faut savoir que lorsque l’on est en isolement, on ne parle avec personne. Ce qui explique qu’avec le temps qui passe, on perde un certain nombre de repères sensoriels. La douche, avec sa réverb’ longue, me permettait de sortir de cette consomption lente, ténue, de cette "mort à petit feu" - de cette torture blanche que la France utilise pour "casser " tous les récalcitrants -, et de me ramener dans le monde du vivant. Elle me donnait au travers de cet écho salvateur la preuve que j’étais encore en vie...
Ce Chant -volontairement écrit sans paroles- est un hymne aux sans-voix du Pays Basque et de la Terre entière. Derrière l’omniprésente Douleur, on peut éprouver une sorte de plénitude extrême. »

12) Izarpe, un très bel instrumental au bandonéon, lui aussi très grave, qui exprime des lendemains qui déchantent.

13) Leloa, le morceau final qui réveille. Pourtant globalement assez lent, il contraste avec la mélancolie qui précède. « C’est un gospel, une ode à la Liberté du Pays Basque, une invitation à la Danse, comme dit l’auteur Manex Erdozainzi- Etxart » , explique Peio. Guitares slappées, pianos, orgues, bongos, refrain imparable et « oh-oh » en chœur final. Ce titre ressemble à s’y méprendre à une renaissance pleine d’espoir de l’artiste.
 
7/12/2011 16:45
 
Tango de Risas Très sensuel
 
7/12/2011 16:46
 
Tango de Risas!! C'est ca!
Merci beaucoup tigrealionne pour la réponse et les commentaires des autres titres,tres efficace et rapide
manouche
 
8/12/2011 12:50
 
 ,
8/12/2011 17:19
 
A ton service
Cordialement
 
8/12/2011 17:19
 

 
 
 

 
précédente - suivante


Accueil  >  Variété française  > un cd empreinté